mercredi 15 janvier 2014

La Mystérieuse Affaire de Styles, d'Agatha Christie,

Qui avait intérêt à assassiner la richissime Mrs Ingelthorp, maîtresse de la propriété de Styles ? Pratiquement tous ceux qui l’entouraient. Mais pourquoi Poirot protège-t-il le second mari de la victime, qui fait un coupable idéal ?
Le premier roman d’Agatha Christie.
Quatrième de couverture par Le Livre de Poche
---
« D’un coup de poing sur la table, Poirot avait fait s’écrouler le fragile édifice.
- Il se passe, mon bon ami, que je peux construire des châteaux de cartes de sept étages, mais que je suis toujours incapable (nouveau coup sur la table) de… (bang !) de trouver ce… (bang !) ce chaînon manquant dont je vous ai parlé ! »
P. 194

Je me suis sentie plus anglaise qu’une pure Londonienne en étant installée dans mon vieux canapé, enroulée dans ma robe de chambre aux motifs écossais, une tasse de Earl Grey adouci par un nuage de lait dans une main et La Mystérieuse Affaire de Styles dans l’autre. Vous me direz qu’Hercule Poirot est belge et qu’il n’a pas une goutte de sang anglais dans les veines, ce qui n’est pas faux, mais il y a une telle ambiance british dans ce livre et Poirot est tellement dandy raffiné qu’il ne manquerait plus que les phrases du livre soient alignées de façon à dresser l’Union Jack !


Mais plus franchement : pour une première rencontre avec Agatha Christie, je ne suis ni déçue, ni totalement conquise. Plusieurs points m’ont réjoui, tandis que d’autres ont un peu coupé mon enthousiasme. L’auteure s’est cependant attirée ma sympathie dans cette première enquête car, à l’aide de subtiles références, Agatha Christie montre qu’elle est une franche Holmésienne. C’est un peu comme donner des coups de coude à sa pote quand on entend le générique de Doctor Who : vive les confidences ! La description de l’inspecteur James Japp avec son visage de fouine m’a évidemment tout de fait penser au visage de rat de Lestrade.

Cela dit, Agatha Christie se contente de clins d’œil et ne se perd pas dans un vulgaire copié/collé de l’œuvre de Conan Doyle. Déjà, une qualité que je lui reconnais par rapport à Conan Doyle : sa plume. Les descriptions sont très agréables, les dialogues rythmées… Agatha Christie est bien moins chirurgicale que son homologue et met plus de passion dans son récit.

Différents visages d'Hercule Poirot, de gauche à droite, Albert Finney, Sir Peter Ustinov et David Suchet, le plus célèbre.

Quant au duo Hercule Poirot & Arthur Hastings, on s’écarte beaucoup de Sherlock Holmes et John Watson. Et c’est là que ma première contrariété a frappé. Car si j’ai adoré Hercule Poirot dans son caractère égocentrique et original, son fameux accent français beaucoup trop prononcé et son apparence de dandy à l’intelligence insoupçonnée, j’ai d’un autre côté détesté Arthur Hastings dans cette aventure. Ce n’est pas tant ses sautes d’humeur ou son tempérament grognon mais sa façon de discréditer Poirot alors que nous savons tous ô combien il tombera aussi en pâmoison devant le petit Belge à la fin du livre. Que le criminel se moque de Poirot en le sous-estimant, je veux bien (le criminel est bête et méchant, souvenez-vous) mais quand il s’agit du narrateur qui nous bassine en jugeant Poirot trop vieux, trop sûr de lui ou trop fantasque pour cette affaire alors que le lecteur n’est pas dupe, c’est en fait assez agaçant…
Hercule Poirot est donc présenté sous un bien mauvais jour et j’ai presque eu du mal à m’attacher à lui en tout premier lieu (bravo et merci Hastings !). Par chance, la conclusion rattrape le tout quand ses véritables capacités sont enfin dévoilées.
Pour les personnages secondaires, on sent un certain charisme, chez Mary Cavendish par exemple (ou alors c’est parce qu’à cause de ses « yeux fauve » P. 12, j’imaginais Michelle Dockery ?) ou encore Evy Howard, le Dr. Bauerstein… Une galerie bien sympathique et je ne regretterai pas de recroiser certains personnages dans d’autres nouvelles.

Deux éditions françaises et une édition anglaise.
Je suis une grande fan des couvertures du Livre de Poche en tout cas !

Concernant l’enquête, il y a le bel avantage que le crime n’est pas "mis sur pause". La Mystérieuse Affaire de Styles diffère des autres enquêtes où le détective, le policier ou le moine arrive sur les lieux du crime où il peut récupérer tous les indices et se charge de pister discrètement l’auteur du méfait. Hercule Poirot a plus de couil— courage puisqu’il enquête dans l’action, côtoyant de près les suspects, repérant les indices avant qu’ils ne disparaissent, sauvant ceux qui apparaissent…
En clair, Agatha Christie sert une enquête bien menée, bien corsée. Peut-être un peu trop car j’avoue que je me sentais assez perdue à tel point que je ne cherchais même plus à démêler l’affaire moi-même, me repliant plutôt sur la réflexion secrète de Poirot. Des révélations finales sont sympas mais certains points restent encore assez confus à mes yeux. En gros : lire les enquêtes d'Hercule Poirot avant de dormir, c'est fini, ce sera uniquement quand j'aurai la tête bien claire.
Heureusement que je m’étais confectionnée un mini-arbre généalogique qui sera peut-être utile à d'autres lecteurs :


Ce n’est pas un coup de cœur mais ce n’est pas une déception non plus, pour une première approche avec Agatha Christie. Je reste en tout cas suffisamment intriguée pour continuer mes lectures. De plus, il s’agit de son premier roman publié, écrit à 30 ans, ce qui atténue mon jugement final. Je tenais à lire La Mystérieuse Affaire de Styles car c’était justement le livre qui marque le commencement, mais je n’abandonnerai pas ma découverte avant d’avoir lu Le Crime de l’Orient Express ou une autre enquête aussi populaire !
Bref, une chose est sûre, je remettrai rapidement le couvert avec la Reine du Crime et son détective belge~

Ceux qui ont lu La Mystérieuse Affaire de Styles peuvent supposer que les flacons contiennent des solutions chimiques, voire pharmaceutiques. La strychnine n’est plus autorisée mais elle était un composant de certains médicaments à l’époque (il y a de beaux exemples dans le roman d’Agatha Christie) donc je rattache cette chronique à l’idée numéro 46 :
http://lectures-de-vampire-aigri.blogspot.fr/2013/11/challenge-04-le-challenge-de-170-idees.html

              Quelques anecdotes sur ce bouquin,
• Agatha Christie n'avait pas prévu que le personnage de Poirot connaisse un tel succès, autrement, elle n'aurait pas insisté sur son âge déjà avancé dans La Mystérieuse Affaire de Styles, car elle racontera quelques tomes plus tard son regret de l'avoir rendu si vieux dès le début...
• C'est d'ailleurs pour une de ces raisons que la chronologie des aventures d'Hercule Poirot est quasiment impossible à établir.
• Bien que publié en 1920, La Mystérieuse Affaire de Styles a été écrit en 1916, Agatha Christie avait en fait 26 ans.
• Un peu comme l'a fait Granada pour Sherlock Holmes, la chaîne ITV a adapté la plupart des enquêtes d'Hercule Poirot pour la télévision. Et comme Granada, les adaptations ne respectent pas l'ordre de publication des romans, La Mystérieuse Affaire de Styles est donc le premier épisode de la saison 3 et non de la saison 1. Quelques replay de TMC sont disponibles ici.

3 commentaires:

  1. J'ai lu ta critique avec attention, et je partage certains points avec toi. C'est vrai que ce roman n'est pas le meilleur d'Agatha Christie ou sur Hercule Poirot, même si, pour une première aventure du détective belge, c'est plutôt pas mal et je pense qu'en avançant dans les aventures de Poirot, tu trouveras peut-être plus sympathique ce personnage, d'autant plus qu'Hastings ne narre pas toutes les enquêtes de Poirot, d'ailleurs les aventures de Poirot que j'ai le mieux aimé ne sont pas narrées par Hastings (Mort sur le Nil ou encore Le crime de l'Orient-Express, si tu veux un exemple et qui font, je pense, partie des meilleurs titres d'Agatha Christie) et d'autres personnages apparaissent et réapparaissent, le franc-parler de Japp est parfois amusant et il y a ce personnage féminin, écrite par Christie comme une caricature de Christie, j'ai nommé Ariadne Olivier est un personnage bien divertissant, un peu foufou, féministe et dotée d'une imagination débridée et qui a toujours une obsession pour tel ou tel fruit selon le roman où elle apparaît.

    Concernant Hastings, je peux comprendre aussi. Sans le détester, je dois dire qu'il a loin d'avoir le charisme d'un Watson. Il s'améliore un peu selon les romans, mais souvent, même si je le trouve parfois un peu sympathique, ce brave garçon, j'ai envie de le secouer et ressens parfois une certaine gêne, une certaine honte, comme si c'était un ami embarrassant avec qui j'avais honte de m'afficher lorsqu'il fait ou dit n'importe quoi =p quant à Poirot... j'espère que tu auras l'occasion de t'attacher davantage à ce personnage. Il a beau être imbu de lui-même parfois et un peu maniaque, il est taquin, malin comme un singe, efficace, gentleman. Certes, ce n'est pas THE Sherlock Holmes, mais c'est un personnage bien sympathique, bien que toujours pas narré correctement par Hastings :/ mais rassure-toi, il y a beaucoup de romans dans lesquels Hastings n'apparaît pas et où Poirot enquête seul ou avec quelqu'un d'autre occasionnellement :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me rassure si les « meilleures enquêtes » d’Hercule Poirot ne sont pas narrées pas Hastings ! Après, mon avis peut changer sur lui (en plus de 40 nouvelles, c’est tout à fait possible) mais dans cette première approche, j’ai eu beaucoup de mal… Ton exemple de l’ami embarrassant est parfait car c’est exactement ça ! xD
      Poirot, ça va ! Son orgueil m’a un peu surprise au début mais parce que c’était un trait de caractère que je n’imaginais pas chez lui en fait, mais je m’y suis fait très vite, ça ne m’a pas dérangé plus que ça concrètement.
      J’ai surtout hâte de le voir interagir avec d’autres personnages, ça permet de beaux passages habituellement (pour parler de Sherlock Holmes par exemple, il y a des nouvelles uniques grâce à des petits moments magiques, comme dans Les Trois Garrideb ♥), c’est vraiment ce genre de détails qui peuvent tout changer mais je me montrerai patiente, surtout que j’ai trois autres enquêtes avant d’aller me réapprovisionner chez le libraire !
      Et puis, il y a les autres personnages aussi qui m’intéressent, surtout que Japp est assez discret dans La Mystérieuse Affaire de Styles.

      Mais enfin, je tente de résister de lire Le Crime du Golf tout de suite ou je vais tous les enchaîner ! (Moi, je peux supporter, mais il faudra aller acheter les autres et là, c’est mon porte-monnaie qui va m’inquiéter .-.)

      Supprimer
  2. i like your blog a lots i spend all my time on it
    try to visist my blog:http://classicalnovels.blogspot.com/2013/11/the-mysterious-affair-at-styles-by.html

    RépondreSupprimer