mercredi 15 février 2017

Christmas Pudding, d'Agatha Christie,

Six nouvelles, six facettes de l’ingéniosité et du talent d’Agatha Christie, et, bien sûr six énigmes habilement résolues par Hercule Poirot et Miss Marple.
Quatrième de couverture par Le Livre de Poche.
---

Je suis quelqu’un d’assez simple, quand je vois des boobs, je like, quand j’ai un roman sur un thème précis du calendrier, je le lis durant la période adéquate : forcément, j’ai emporté Christmas Pudding pour les fêtes de fin d’année. Le rêve aurait été de fêter Noël au pied de Big Ben et lire ces nouvelles à thème avec un tasse d’Earl Grey et une tranche de pudding.
Et finalement, ce n’est pas grave d’être restée en France durant les fêtes, puisqu’hormis la première, les autres nouvelles n’ont rien à voir du tout avec Noël. Le titre, Christmas Pudding, est celui de la première enquête et l’illustration ne concerne que celle-ci. Cette "publicité mensongère" a fait énormément baisser mon ressenti.

La première nouvelle, pour rester sur celle-ci, est parfaite : l’ambiance festive et propre à un Noël anglais, ça rappelle les cours de sixième en Décembre où on apprend tout le vocabulaire et les coutumes, entre les christmas crackers, les (ugly) christmas jumpers, le plum pudding, les mince pies, la roast turkey et crier « Merry Christmas ! » en sortant de classe. Bref, j’en rêvais à l’école, là, Agatha Christie retranscrit ces traditions et nous plonge dedans sans difficulté. Ce qui aide, c’est qu’Hercule Poirot étant belge, elle prend en compte la vision d’un étranger et confronte les points de vue.

Mais enfin voilà, les autres nouvelles ne possèdent pas du tout cette ambiance, pas l’ombre d’un sapin dans le décor ! Il y a certes des fêtes, comme pour Le Mystère du Bahut espagnol, mais sinon, c’est tout. À ce stade, j’ai continué plus pour voir si les autres enquêtes pouvaient s’inscrire dans la ligné de Christmas Pudding mais aucune n’a répondu à mes attentes. Pire, Le Policeman vous dit l’heure présente de beaux moments sous le soleil, rappelant des décors de Provence. Donc pour une première rencontre avec Miss Marple, j’étais peu enthousiaste et, arrivée au bout de ma lecture, je ne suis pas charmée.

Grosso modo, la Reine du Crime reste fidèle à elle-même en concoctant des enquêtes intelligentes, des preuves intrigantes, une pointe d’originalité, notamment pour Le Rêve, un contexte original pour un mystère à la hauteur de Hercule Poirot. Mais voilà, quand on présente un papier cadeau aussi alléchant, alors que le contenu n’a rien à voir, ça fait l’effet douche froide.
Lisez la première enquête le soir de Noël, ensuite, vous pouvez mettre le livre en pause pendant quelques mois, ce ne sera pas grave, ce ne sera pas décalé.

             Quelques anecdotes sur ce bouquin,
• Il y a une préface très mignonne où Agatha Christie nous raconte les Noëls de son enfance, une petite entrée en matière très agréable.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire