mercredi 25 novembre 2015

Cinq Petits Cochons, d'Agatha Christie,

Cinq témoignages accablants ont fait condamner à la détention perpétuelle Caroline, la femme de Amyas Crale, peintre renommé, mort empoisonné. Seize ans plus tard, Hercule Poirot prend l’affaire en main. Ne s’arrêtant pas aux évidences, tirant parti du moindre indice, il fait éclater une vérité à laquelle personne ne s’attendait.
Quatrième de couverture par Le Livre de Poche.
---
« Personnellement, elle n’était pas mon type – un caractère trop violent –, mais je dois admettre qu’elle était incroyablement belle, cet après-midi-là. Les femmes le sont, quand elles ont obtenu ce qu’elles voulaient. »
P. 142

Avec cette enquête excellente, je reprends un peu du poil de la bête avec Agatha Christie depuis Le Chat et les Pigeons que j’avais fini avec difficultés… Les Quatre aussi avait joué leur rôle réconciliateur entre la Reine du Crime et moi, mais enfin, une seconde bonne pioche, je ne vais pas me plaindre !


La nouveauté avec Cinq Petits Cochons, c’est que Christie confronte son héros belge à un meurtre qui a été commis seize ans auparavant. Les lieux ont changé, les relations ont évolué, les preuves ont disparu… Si les cinq témoins sont par chance encore bien vivants, leurs souvenirs sont par contre embrouillés et chacun hésite à confirmer ce qu’ils ont vu il y a tant d’années de peur de se tromper. Un concept donc très intéressant autant sur le plan criminel que sur le plan psychologique, d’ailleurs, pour ceux qui veulent creuser un peu plus le sujet, je vous invite à consulter le lien que je partage sous Quelques anecdotes sur ce bouquin.
Encore une fois, j’ai aimé les personnages que nous présentait Agatha Christie, et cette fois, j’ai eu la sensation d’un véritable échange avec l’auteur, surtout au moment où Poirot interroge la gouvernante Cecilia Williams : cette femme est une fine psychologue concernant les enfants, très bon juge et sachant comment s’en occuper et paradoxalement, elle voue une haine exagérée contre les hommes et n’est plus du tout partiale concernant le sexe masculin. Mais Christie nous laisse clairement le choix entre aimer ou mépriser cette grand-mère un peu guindée en créant des suspects gris, mélanges parfaits de défauts et de qualités.
Un détail qui m’a frappée dans ce tome-ci bien que le talent de la Reine du Crime à ce niveau-là n’est plus à prouver, selon moi.


Enfin, le vrai talent d’Agatha Christie réside dans la conception des énigmes, des casse-têtes et des meurtres à résoudre.
J’avoue que je suis tombée dans un piège facile car dès les premières pages, j’étais persuadée avoir deviné le dénouement de ce drame. Autant dire que j’étais bien motivée pour finir rapidement Cinq Petits Cochons et vérifier si j’avais déjoué les pièges d’Agatha Christie (sans trop y croire cela dit car toute ma lecture se faisait dans le contraste : je ne voyais que ça et je me disais que c’était trop flagrant pour être possible).
Autant dire qu’en fin de compte, je m’étais trompée mais ironiquement, c’était loin d’être dérangeant : [spoiler] j’avais passé mon temps à suspecter Angela Warren alors qu’il suffisait d’aller au plus simple… Cela dit, que Caroline Crale la suspecte in extremis aussi rend l’erreur sensible, elle apporte une dimension touchante. [/fin du spoiler]

Un très bon Hercule Poirot en somme ! Et pour ceux qui sont fatigués de l’ego du détective belge, à part au début, Poirot se montre relativement modeste dans ce tome : il accomplit des prouesses sans étaler son talent pour autant.
Cinq Petits Cochons ne devrait pas décevoir les amateurs de policiers et les admirateurs d’Agatha Christie.

Je me suis toujours demandée ce que le Challenge des 170 Idées entendait par foutoir organisé pour l’idée 9 et la couverture semble finalement correspondre : des tubes de peinture alignés mais avec le contenu gâché et en vrac… ça colle ?

             Quelques anecdotes sur ce bouquin,
• Les plus grands lecteurs de policiers et ceux qui sont dans le domaine ne l’ignorent pas : un témoignage n’est pas forcément une aide précieuse lors d’une enquête car les faux souvenirs peuvent semer un vrai trouble. La psychologie s’associe avec les forces de l’ordre en créant une méthode appelée l’Entretien cognitif et qui permet un tri entre le vrai et l’imaginé. Plus d’informations sur cet article.
• Comme pour d’autres enquêtes, notamment Un, Deux, Trois…, Agatha Christie s’appuie sur une comptine populaire pour structurer son roman : ici, comme le titre le révèle, c’est l’histoire des cinq petits cochons qui est à l’honneur.





1 commentaire:

  1. J'adore la manière dont tu présentes tes chroniques :)
    Je n'ai encore jamais lu d'Agatha Christie... mais ça ne serait tarder!

    RépondreSupprimer